Réforme du bac 2019, retour sur la liste des spécialités que les lycées pourront intégrer

Au centre de la réforme, les lycéens vont désormais être confrontés à un choix entre trois spécialités en Première, puis entre deux en Terminale. Suite à ce choix, ils seront jugés sur ces deux matières majeures au cours des épreuves écrites du baccalauréat.

Pour préparer la première session qui sera concernée par cette réforme, le ministère de l’Education nationale a décidé de supprimer les 3 séries principales actuelles de la voie générale, S, ES, et L. A la place, il sera proposé des matières principales, nommées “spécialités”.

Ainsi, dès la rentrée 2019, les prochains élèves de Première devront faire leur choix entre trois spécialités d’enseignement. Chiffre qui sera ramené à deux en terminale, pour l’horizon 2020. On constate que même si le ministère de l’Education nationale a constitué une liste de 12 spécialités au total, les lycées seront tenus d’en proposer à minima 7 à leurs élèves.

Un jugement écrit qui portera sur les deux spécialités sélectionnées pour la Terminale.

Parmi les spécialités qui seront proposées, les lycéens pourront choisir entre : biologie-écologie (exclusivement en lycée agricole), arts, histoire-géographie-géopolitique-sciences politiques, humanités-littérature-philosophie, littératures et langues et cultures de l’Antiquité, langues-littératures et cultures étrangères (anglais, allemand, italien, etc.), mathématiques, numérique et sciences informatiques, Science de la vie et de la Terre, physique-chimie, sciences économiques et sociales, sciences de l’ingénieur.

Plus concrètement, le cursus des élèves s’articulera sur un tronc commun de 16 heures hebdomadaires associé à des enseignements de spécialité à hauteur de 4 heures, en parallèle. Ainsi, 3 spécialités devront être sélectionnées dès la Première, et il n’en restera que deux choisies pour la Terminale et qui seront soumises à l’épreuve écrite finale nationale.

A noter que si certains souhaitent sélectionner une spécialité qui ne fait pas partie de l’offre de leur établissement, ils pourront demander à être transféré dans un autre la proposant, ou à pouvoir suivre l’enseignement de cette spécialité par le biais du CNED, le centre d’enseignement à distance rattaché au ministère de l’Education.